Combien coûte une vidéo ?



Le coût d’une vidéo, type corporative par exemple, peut aller de 1 000$ à plus de 20 000$. Ces écarts sont conséquents, mais notez qu’on parle ici de prestations offertes par des vidéastes solopreneurs et petites structures seulement. Ces estimations n’incluent même pas les services offerts par les maisons de production dont les budgets ne se comptent qu’en centaines de milliers de dollars. Bref, obtenir une idée du coût d’une vidéo peut paraître décourageant. Mais ce type de prestation varie en réalité selon différents critères précis.
Le type de projet
La multiplication des plans et des lieux, la longueur des textes à réciter ou encore la gestion d’acteurs sont autant de facteurs qui complexifient le tournage et allongent sa durée. Le type de projet détermine aussi la quantité d’équipement nécessaire et la taille de l’équipe de production.
Le savoir-faire du/de la vidéaste
Les tarifs d’un.e vidéaste varient selon son expertise, son style et la valeur qu'il/elle attache à son travail.
La durée de la vidéo
Elle n’a pas toujours un impact particulier sur le coût de la prestation, mais elle peut aussi facilement le tirer vers le haut si elle comporte un montage créatif par exemple ou la présence d’animation.


Qu’est-ce qui se cache derrière le prix d’une vidéo ?


Plusieurs éléments définissent le tarif d’un.e vidéaste. Le premier et le plus important : le coût de l’expertise. Vous ne payez pas quelqu’un pour simplement tenir une caméra et pousser des pixels sur un ordinateur, vous engagez un.e professionel.le qui a accumulé plusieurs années d’expérience dans le domaine, qui a travaillé et s’est formé pour atteindre le niveau de qualifications et d’expertise qui lui permette aujourd’hui de créer du contenu dont la qualité vous séduit. Ce savoir emmagasiné a une valeur et défini, en partie, les tarifs d’un.e vidéaste. 

Ensuite, on trouve la complexité et la durée du projet. Par exemple, on compte facilement dix heures pour la captation d’un mariage, tandis que moins de cinq heures peuvent suffire pour tourner le contenu d’une vidéo corporative. Donc ça, c’est pour la partie captation. Une vidéo nécessite également une étape souvent invisible mais indispensable : la post-production. Et c’est là que le plus d’heures sont nécessaires. C’est le nombre d’heures de tournage multiplié par deux ou trois, facile. Quelles sont les étapes de la post-prod ? Copier le footage tourné, trier tous les rushes, les organiser, les sélectionner et les découper, trouver la piste sonore, travailler la musique pour obtenir la durée voulue, les assembler les rushes sélectionnés en déclinant les versions, puis travailler la colorimétrie de chaque plan, travailler les animations, ajouter les logos, ajouter du sound design et fignoler avant d’exporter les vidéos selon les différentes plateformes (YouTube, Facebook, Instagram, site web). 

On trouve également le coût du matériel. Selon les besoins du projet, on va choisir d’utiliser ou non une, deux ou trois caméras accompagnées de leurs lentilles, de l’éclairage, un système de prise de son, un téléprompteur, un stabilisateur, un drone, etc. Lorsque vous engagez un professionnel de l’image, vous louez donc aussi le matériel dans lequel il/elle a investi (18 000$ en moyenne pour un.e vidéaste, 10 000$ pour un.e photographe). Vous retrouvez alors l’amortissement de cet investissement dans le coût de votre prestation. Et c’est normal. Sans cela, ces professionnels ne pourraient pas racheter leur matériel lorsqu’il tombe en panne ou simplement pour pouvoir rester à jour au niveau de la technologie. À noter que la quantité d’équipements utilisés lors du tournage détermine également la présence d’une ou plusieurs membres d’équipes sur place.

Et enfin, les charges et tout le reste. Les indépendants et chefs d’entreprise sauront immédiatement de quoi il s’agit ici. Mais pour résumer, on parle ici de charges inhérentes à la structure d’entreprise, les taxes, l’assurance responsabilité civile, les frais bancaires, les coûts de communication, services comptables et autres joyeusetés qui représentent 25% à 30% du budget annuel d’un.e vidéaste.

Et la photographie dans tout ça ?

On peut rapprocher tous ces principes rattachés à la vidéo à la photographie. Les montants investis dans le matériel sont moindres et la retouche photo fait office de post-production, mais les charges et le savoir-faire du / de la professionnel.le restent les mêmes.


Pour être fixé, demandez une soumission gratuitement


Puisque chaque projet est différent, je réalise un estimé sur-mesure pour chacun de mes clients. N’hésitez pas à remplir ce questionnaire pour me donner tous les détails nécessaires et je vous reviendrais rapidement avec une soumission claire et détaillée. Vous pouvez également simplement prendre rendez-vous en choisissant votre horaire dans le calendrier ci-dessous pour une rencontre de 30 minutes avec moi.






Flora Bidaud
Vidéaste pour projet(s) à impact(s) positifs(s) et plein air




© 2022 Tous droits réservés Flora Bidaud